-A A +A

Autres informations et services officiels: www.belgium.be

Signatures relatives à la capacité de lutte contre les mines à Bruxelles

Signatures relatives à la capacité de lutte contre les mines à Bruxelles

 

La secrétaire d'État à la Défense des Pays-Bas, Barbara Visser, le ministre de la Défense, Didier Reynders, et les représentants du consortium Belgium Naval & Robotics signaient le contrat ce 5 juillet 2019. Ce dernier vise le remplacement des chasseurs de mines actuels par douze nouveaux navires de combat. Le contrat est un exemple européen de coopération binationale entre les Pays-Bas et la Belgique mais également avec l'industrie.

Le transport maritime est essentiel à l'économie mondiale. Les diverses marines souhaitent protéger leurs eaux territoriales et cherchent donc à acquérir ou renforcer leurs capacités dans le domaine de la chasse aux mines. « Avec le programme Mine Countermeasure (MCM) et le scoop de la mise en œuvre d'un système de guerre des mines à grande échelle utilisant des robots, la Belgique et les Pays-Bas ne seront plus seulement précurseurs en termes d'opérationnalité mais également dans les domaines de la robotique, de l'intelligence artificielle et de la cyber sécurité », explique Hervé Guillou, président directeur général du Naval Group. L’objectif du consortium est clair : « Le monde naval recherche déjà un savoir-faire auprès de vos marines. À l’avenir, nous souhaitons également qu’il se tourne vers la Belgique pour ses équipements et systèmes. » 

L'ancrage de l'industrie dans notre pays fut un élément important dans l'évaluation des offres. À cette fin, le groupe naval a créé une filiale belge qui regroupera les activités de lutte contre les mines. Trente-neuf partenariats ont été conclus avec des entreprises belges dans les trois régions dont Flander Ship Repair. Cette dernière assurera la maintenance des navires dans ses installations à Zeebruges. Le contrat garantit un total de 7 000 emplois sur 20 ans. « Le plan de coopération industrielle stratégique profite pleinement à l’industrie belge en s’engageant sur la création de quatre milliards d’euros de chiffre d’affaires en Belgique sur 20 ans dont plus de 2,1 milliards de valeur ajoutée créée sur le sol belge », souligne Guénaël Guillerme, directeur général d’ECA Group. L'innovation est au cœur de ce programme : elle nous permet d'anticiper les évolutions technologiques et opérationnelles et de les maintenir à un niveau supérieur. 

En Belgique, les deux centres d’excellence basés sur les nouvelles technologies seront à l’origine des évolutions des drones et des systèmes Toolbox : le MCM Lab pour les technologies liées aux Toolbox (Intelligence artificielle, robotique sous-marine…) et le Cyber Lab pour les technologies de cyber sécurité essentielles dans ces systèmes en réseau. En outre, un centre de conception de véhicules sous-marins autonomes (Atonomous Underwater Vehicle - AUV) s’établira à Bruxelles ainsi qu’une usine de production de ces drones à la côte.   

La mission est claire : réaliser un programme ambitieux et innovant avec la mise à disposition d'une capacité de lutte contre les mines évolutives dotées des technologies les plus avancées de la dernière génération et donc parfaitement adaptées aux besoins des marines néerlandaise et belge.