-A A +A

Autres informations et services officiels: www.belgium.be

Quatre cents nouveaux sous-officiers

Quatre cents nouveaux sous-officiers

 

Une main tenant le drapeau belge, quatre cents élèves sous-officiers ont prêté serment le 30 avril à l’École Royale des Sous-Officiers (ERSO) de Saint-Trond. Cette cérémonie signe officiellement le début de la carrière à la Défense de ces sous-officiers fraîchement consacrés.

« Je suis très nerveux au vu des autorités militaires présentes ici », explique le sergent Tayeb Maquinay tandis qu’il prend place dans son peloton.  « Mais nos chefs nous ont bien préparés. Normalement, il ne devrait pas y avoir trop de problèmes ». Tayeb est l’un des 250 élèves du département de la formation militaire. Son groupe a été le premier à prêter serment ce jeudi matin. Une heure plus tard, c’était au tour des six pelotons de techniciens.

« Notre école dispense deux formations », explique l’adjudant de corps Philippe Steegmans. « Nous gérons l’école de formation technique et également la formation militaire. Les techniciens se rendront dans leur école d’arme à la fin de ce calendrier civil. Les autres élèves resteront ici jusqu’au 22 juillet. »

Nous rencontrons également les sergents Amélie L’Homme et Kevin Mangelschots. Ils connaissent déjà très bien la direction qu’ils emprunteront après leur formation à l’ERSO. « J’irai au génie de combat », raconte Amélie. « Mais nous devrons encore suivre une formation de protection des troupes à Arlon. » Son collègue-élève Kevin Mangelschots confirme d’un hochement de tête. « Je passerai dix mois en tant que sous-officier à l’école d’infanterie d’Arlon. Mais je veux vraiment devenir para-commando. »

La plupart des élèves séjournent depuis un an à l’école des sous-officiers. Ils ont officiellement prêté serment et ont été promus au grade de sergent. Un moment important, selon l’adjudant de corps Philippe Steegmans. « Cette journée n’est pas une fin mais un commencement. Pour nous, et en particulier pour les instructeurs, c’est la cerise sur le gâteau », dit-il. « Elle restera gravée dans la mémoire de  nos élèves jusqu’à la fin de leur carrière. C’est pourquoi nous attachons une grande importance à cette journée. »