-A A +A

Autres informations et services officiels: www.belgium.be

L'équipe VSW teste les nouveaux drones Remus

L'équipe VSW teste les nouveaux drones Remus

 

L'équipe VSW, dont la mission est l’inspection des zones en eaux peu profondes, se prépare en vue des prochains exercices de déminage de l'OTAN. Elle s'entraînait du 4 au 9 février derniers sur les lacs de l'Eau d'Heure.

L'équipe VSW (Very Shallow Water) de la Marine participera prochainement à plusieurs exercices maritimes. La semaine prochaine, le groupe permanent de l'OTAN de lutte contre les mines (SNMCMG1) recherchera des mines historiques au large des côtes normandes. Une équipe VSW embarquera à bord du chasseur de mines M916 Bellis.

Pour les opérateurs, la formation sur les lacs de l'Eau d'Heure est permanente. De plus, ils y testaient une nouvelle génération de Remus équipés d'une caméra frontale. Cette dernière permet de rester plus longtemps sous l'eau. L'autonomie s'en trouve ainsi accrue.

Le Remus est un drone sous-marin pouvant détecter des objets sur les fonds marins. Dans une zone de 500 mètres de côté, l'équipe évaluait les divers paramètres des engins afin de déterminer leur manière de déceler les mines plus rapidement et plus efficacement. Ses membres testaient également tous les composants techniques et les réactions des opérateurs REMUS. La recherche a rapidement porté ses fruits car de nombreux objets se trouvaient au fond du lac. L'équipe SEDEE-DOVO du quartier de Meerdael était présente ainsi que deux mines d'entraînement afin de rendre les recherches plus crédibles.

Outre l'équipe belge, la marine néerlandaise était également sur place. L'accent était mis sur le test du nouveau logiciel Neptune qui permet de déployer quatre REMUS simultanément en plaçant des balises (bouées). Les deux équipes cartographiaient les profondeurs de l'ensemble du lac. Un exercice idéal pour la recherche d'éventuelles mines.

Ce système fut également utilisé il y a quelques semaines, lors de l'étude des fonds du port de Zeebruges. Le MV Endurance était venu s'amarrer afin de débarquer des hélicoptères américains. Cette visite fut une belle occasion de rechercher d'éventuelles mines de contact, ces opérations faisant partie des capacités antiterroristes de l'équipe.

Le REMUS est un AUV ou véhicule sous-marin autonome. Sonar mobile très efficace, il utilise des ondes sonores afin de rechercher des objets reposant sur le fond marin. Il recueille des données hydrographiques jusqu'à une profondeur de 100 mètres et peut être utilisé pour de nombreuses missions comme des opérations amphibies, la protection des ports, le soutien aux opérations de sauvetage, la recherche scientifique et la détection d'obstacles et de mines.

Appareil performant, il peut naviguer jusqu'à vingt heures d'affilée à une vitesse de trois nœuds (5,5 km/h). Avant le lancement, l'équipe enregistre un certain nombre de paramètres : positions de départ et de retour, « points » route (direction et ajustements de la direction) et profondeur. Ces paramètres sont enregistrés dans une sorte de journal de bord et programmés dans l'ordinateur du REMUS. À la surface, l'opérateur contrôle l'appareil via une connexion Wi-Fi. Une fois dans la zone de recherche, le REMUS « lit » ses paramètres, plonge puis exécute sa mission.