-A A +A

Autres informations et services officiels: www.belgium.be

Le Léopold 1 en première ligue

Le Léopold 1 en première ligue

 

Ayant quitté Zeebruges le 2 août dernier, la frégate F930 Léopold I a franchi l’Atlantique. Elle entame désormais la seconde partie de sa mission de six mois afin d’intégrer le Standing NATO Maritime Group 1. Composé actuellement de trois navires, ce groupe progresse doucement vers New York. Sous commandement américain (depuis le destroyer USS Gridley), Belges et Portugais effectuent néanmoins divers exercices nécessitant une bonne coordination entre les frégates. Frederick Van de Kerkhove, capitaine de frégate et commandant du navire belge nous en dit plus.

« Après un entraînement de six semaines sous le coaching d’officiers de marine anglais et néerlandais, nous avons atteint le niveau permettant d’intégrer la mission SNMG 1 (Standing NATO Maritime Group 1). À titre de comparaison, je dirais que nous sommes entrés en première ligue. Il faut donc conserver ce niveau et le maintenir. Je souhaiterais encore développer les compétences et l’entraînement du personnel en profitant de l’expérience de cette opération. »  

Il poursuit : « Le Léopold 1 est une frégate de la classe Karel Doorman, pensée et développée pour l’Atlantique dans un contexte OTAN. Elle est taillée pour l’opération et, malgré ses 30 ans d’âge, a subi les modernisations nécessaires. Sur ce point, le navire n’a pas à rougir de sa crédibilité. Il est au même niveau que la frégate néerlandaise Van Speijk (qui fait actuellement route vers New York) et plus moderne que la troisième frégate portugaise F334 Francesco de Almeda. Je regrette toutefois l’absence d’un hélicoptère NH90 car le module Alouette III embarqué est dépourvu de senseurs et d’armement anti-sous-marins. Or, c’est précisément ce type d’entraînement que nous commencerons demain. »

Et Frederik de Kerkhove d’ajouter : « Je suis toutefois positivement surpris de la qualité et de la quantité des moyens « injectés » par les Etats-Unis dans cet exercice : F-18, Learjet (avions tractant des cibles aériennes), bouées cibles, FIAC (Fast Inshore Attack Crafts – embarcations rapides d’attaques), MPA (Maritime Patrol Aircraft – avions de patrouille maritime) ainsi qu’un sous-marin nucléaire de la classe Virginia. » 

Il conclut : « Les plus-values du Léopold 1 et de son équipage sont la flexibilité, l’adaptabilité à très court terme de son équipage et des missions dévolues au navire. 

Je souhaite encore nous voir évoluer dans des tâches moins maritimes comme la Force Protection ou le Fire Support Team plus souvent dévolues au personnel de la Composante Terre. Lorsque ces gens ne sont pas à bord, ce sont les marins qui assurent ces missions. Et dans ces domaines, nous avons encore une marge de progression. »