-A A +A

Autres informations et services officiels: www.belgium.be

Exercice virtuel de lutte contre les mines au profit de l'OTAN

Exercice virtuel de lutte contre les mines au profit de l'OTAN

 

La base navale d'Ostende fourmille d'activités en ce moment. Comme chaque année, le premier exercice tactique de lutte contre les mines Dynamic Move vient de débuter. Cet entraînement se déroule dans les locaux d'Eguermin, l'école binationale de lutte contre les mines et met en lice quelque 150 participants issus de 19 pays membres de l'OTAN. Il est organisé à la demande de MARCOM (Maritime Command Europe) avec la collaboration du NATO Mine Countermeasures Centre of Excellence.

Cet exercice tactique maritime est principalement axé sur la détection, la localisation et la neutralisation des engins explosifs se trouvant en mer. Son scénario est fictif mais il se veut le plus réaliste possible. Il faut rappeler d'ailleurs que bon nombre de mines, d'obus ou de bombes « dorment » encore au fond des eaux côtières européennes suite aux deux conflits mondiaux et à la guerre froide.

Pendant deux semaines, les participants se voient présenter diverses situations qu'ils doivent rapidement analyser et qui représentent une menace en mer. Les participants (gamers) utilisent un logiciel de simulation spécifiquement développé pour ce genre d'exercice : le Naval Mine Warfare Gaming. Au moyen de ce logiciel de jeux de guerre, les divers acteurs s'impliquent dans des scénarios interactifs et reçoivent une rétroaction immédiate.

Le système simule une situation de guerre des mines permettant le déploiement de navires de lutte. Leur capacité de trouver des engins explosifs et de les détruire dépend de plusieurs facteurs dont la météo et les spécificités de l'environnement.

Cette approche est unique au sein de l'OTAN et se fait en étroite coopération avec l'AWNIS (Allied Worldwide Navigation and Information System) et le NCAGS (Naval Cooperation and Guidance of Shipping). Cette dernière instance, dont le personnel est issu, en général, du personnel de la réserve active, est principalement chargée de la surveillance des mouvements de la marine marchande et de leurs « ajustements » en cas de conflit.

Outre le personnel invité et des acteurs du Nato Mine Warfare, il faut noter la présence de plusieurs membres du MARCOM. Enfin, l'exercice a vu la participation de l'état-major du premier groupe des forces permanentes de lutte contre les mines (SNMCMG1) embarqué à bord du FGS Donau.

Actuellement, les navires du SNMCMG1 se trouvent à quai dans la base navale de Zeebruges. Ils prendront la mer la semaine prochaine. Outre le navire amiral FGS Donau (Allemagne), la flottille comprendra les chasseurs de mines HMS Grimsby (Royaume-Uni), le HNLMS Willemstad (Pays-Bas) et le BNS Bellis (Belgique).

Cet exercice cadre avec la préparation du personnel des forces permanentes de lutte contre les mines de l'OTAN : les SNMCMG1 et SNMCMG2. Cela afin d'être certifié en tant que forces de réaction rapide de l'OTAN (NRF). Pour ses membres, l'accent est mis sur l'échange d'informations, la coopération opérationnelle et les synergies au sein de l'OTAN. Grâce à ces exercices virtuels, l'Alliance permet d'offrir un environnement maritime civil plus sécurisé aux nombreux usagers de la navigation commerciale et de loisir.