-A A +A

Autres informations et services officiels: www.belgium.be

Entraînement à haute altitude

Entraînement à haute altitude

 

Les membres du Centre d’Entraînement de Parachutistes se rendent chaque année en Arizona (USA) pour un cours de saut en parachute à haute altitude. Les dispatchers aguerrissent les candidats à la chute libre et ce, dans des conditions optimales.

Près de la ville d'Eloy, se trouve la plus grande zone au monde destinée aux sauts en chute libre. Un club civil y propose de nombreux stages de formation. Des parachutistes militaires, dont de nombreux Belges, viennent ici depuis plusieurs années dans le cadre de leur formation.

Pendant ce high altitude course de trois semaines, seize élèves donnent le meilleur d'eux-mêmes. Il s’agit principalement de futures forces spéciales et d’éclaireurs. La première phase du cours comprend sept niveaux progressifs. Après avoir atteint l’objectif du dernier niveau, ils sont autorisés à effectuer leur premier solo.

La formation se poursuit après cette première phase. Les parachutistes effectuent leurs sauts en tenue de combat et avec du matériel pour la première fois. Lorsque les élèves ont réussi quarante sauts dans la seconde phase, ils peuvent officiellement être qualifiés de militaires « chuteurs libres ». Ils participent, dès lors, à des exercices tactiques où ils doivent prouver ce qu’ils valent dans les airs avant de pouvoir être engagés opérationnellement.

Les sauts traditionnels en parachute varient jusqu'à mille pieds (304 m). En chute libre, une altitude d'au moins 6 500 pieds (1 981 m) est recherchée. Sans parler d’en faire plusieurs, un saut en chute libre nécessite de bonnes conditions météorologiques. Un ciel bleu avec peu ou pas de vent étant plutôt rare en Belgique, la garantie d’une formation plus productive s’en trouve renforcée en Arizona où de telles conditions sont quasi quotidiennes.

Le coût d’un tel cours est moins élevé malgré sa localisation outre-Atlantique. Plus d’aspects peuvent être abordés en moins de temps. « Louer » l'espace aérien s’avère, de plus, nettement moins cher. Pour le prix d'une heure de formation en Belgique, l’Arizona permet à la Défense d’entraîner ses unités spéciales à haute altitude pendant trois heures.