-A A +A

Autres informations et services officiels: www.belgium.be

Conseiller moral à bord de la frégate Léopold 1

Conseiller moral à bord de la frégate Léopold 1

 

La frégate Léopold 1 compte un conseiller moral au sein de son équipage. Une oreille attentive et empathique, un conseiller face aux dilemmes, une porte ouverte au bien-être de chacun à bord. Entretien avec Emmanuel Reynaerts embarqué sur le navire depuis son départ de Zeebruges le 2 août dernier.

À bord d’une frégate comme la F930 Léopold 1, de nombreux métiers se côtoient : matelots, armuriers, pompiers, radios, cartographes, pilotes d’hélicoptère mais aussi cuisiniers, boulangers, assistants médicaux etc. Lorsque le quotidien devient trop stressant, il est parfois nécessaire de se tourner vers une personne de confiance.

Emmanuel Reynaerts, conseiller moral embarqué sur le navire depuis son départ de Zeebruges le 2 août dernier, effectue sa septième participation opérationnelle. « Avant le départ, je connaissais déjà plus de la moitié de l’équipage. Grâce à mes précédents engagements mais aussi parce que je dispense le cours de tradition de la Marine à l’École navale », explique-t-il.

« Ma tâche principale consiste à être disponible et à fournir un soutien spirituel, moral et éthique. En tant qu’unique acteur du monde psychosocial à bord, je souhaite préciser que je ne contribue pas au commandement. Je suis autant à son service qu’au service de n’importe quel autre membre de l’équipage. Mes interventions sont toujours privées. »

Il poursuit : « Je mène des entretiens individuels que j’accorde chaque fois que quelqu’un me sollicite. Que les questions soient personnelles ou professionnelles, il s’agit avant tout d’être à l’écoute et de conseiller à la demande. Une autre démarche consiste en l’organisation de moments de réflexion. Ils ont lieu le dimanche. Leur but est d’aborder d’autres sujets et de sortir de la routine. »

Emmanuel précise : « Lorsque certains dilemmes moraux se présentent lors d’entretiens, mon rôle est également d’aider les personnes dans leur choix et de mettre des mots sur les raisons qui les poussent à choisir une chose plutôt qu’une autre. L’objectif étant de clarifier leur pensée : à tel moment j’ai pris telle décision, et ce pour telle raison. »

« Ma présence est également très perceptible, notamment en participant aux exercices à bord. J’essaie de faire comprendre que je ne suis pas un membre du cadre mais plutôt un civil en uniforme. Lorsque l’équipage le perçoit, les barrières s’estompent et il devient naturel de m’aborder. »

Le conseiller conclut : « Parfois, on m’appelle Padre car c’est ainsi qu’on nomme les aumôniers. En finalité et pour la plupart des gens, ma confession philosophique n’a d’importance que dans la mesure où celle-ci orienterait mon conseil s’il était sollicité. 

Pour le reste, je suis assez admiratif de la conscience professionnelle de l’équipage. Nombreux mettent les bouchées doubles pour que tout se passe bien à bord, notamment avec le coaching des stagiaires marins qui demande quelques efforts supplémentaires. »